Les grandes familles d’agricultures urbaines

Qu’est-ce que l’agriculture urbaine ?

L’agricultures urbaines peut être classée en 5 grandes familles : les espaces productifs interstitiels, les jardins collectifs, les micro-fermes urbaines, les fermes urbaines spécialisées et les fermes maraîchères périurbaines.

Cette vidéo a pour but de sensibiliser les acteurs de l’aménagement urbain (élus et techniciens) sur les enjeux de l’agriculture urbaine et de son importance dans le futur de nos villes. Tout ça grâce à un panorama rapide des types de projets qui peuvent favoriser certaines bonnes actions comme les insertions urbaines possibles et les interactions avec la vie de quartier.

Retrouvez les vidéos d’animations sur les 5 grandes familles d’agricultures urbaines pour comprendre leur spécificité en moins d’une minute:

Les espaces productifs interstitiels :

Les espaces productifs interstitiels sont des projets qui regroupent l’ensemble des micro-projets de jardinage d’initiatives citoyennes qui vont prendre corps dans les espaces publics, dans les espaces des particuliers (balcons, cours de copropriétés, murs, toitures) ou encore dans les espaces des entreprises.

Les jardins collectifs :

Les jardins collectifs sont des espaces jardinés par un ensemble d’individus qui s’organisent pour produire des denrées alimentaires (quantité très variable selon les aspirations sociales et environnementales) et autres végétaux. Les productions peuvent être données, partagées ou encore auto consommées.

Les micro-fermes urbaines :

Les micro-fermes urbaines sont des fermes urbaines participatives, offrant une diversité d’activités et demandant une part importante de bénévolat dans leur fonctionnement. Situées en milieu urbain, elles mettent sur le marché des denrées alimentaires qu’elles produisent, et une partie des productions peut être auto-consommée selon leur capacité de production.

Les fermes urbaines spécialisées :

Les fermes urbaines spécialisées sont des entreprises agricoles du milieu urbain: l’activité principale est agricole (70 % du chiffre d’affaires) et des contraintes urbaines spécifiques lui sont imposées (installation sur toiture, précarité des formes de contractualisation, etc.). Elles développent principalement des procédés high tech de production.

Les fermes maraîchères périurbaines :

Les fermes urbaines en pleine terre, le plus souvent illustrée par les fermes maraîchères périurbaines demandent entre 1,5 et 10 ha selon la période de production et les espèces cultivées.

 

Cette vidéo est aimablement proposée par :

Logo_CEREMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s