Le langage du sol : adventices et plantes bio-indicatrice

CONF_OXLEY_PARTIE_1 from Miamedia TV on Vimeo.

CONF_OXLEY_PARTIE_2 from Miamedia TV on Vimeo.

CONF_OXLEY_PARTIE_3 from Miamedia TV on Vimeo.

 

Dialoguer avec son sol, c’est déjà le laisser parler et observer ce qu’il dit à travers les adventices et les plantes bio-indicatrices qui poussent par elles-mêmes.

Quand l’agriculture entame un dialogue avec le sol

 

Les plantes ont 500 000 ans d’évolution, et celle-ci continue aujourd’hui. Les environnements agricoles d’aujourd’hui sont des eco-systèmes complexes et permanents. Lorsque l’agriculteur se penche sur son sol, il peut y découvrir de nouvelles informations qui lui permettront de l’influencer sans le détruire sur le long terme…. c’est-à-dire … d’apprendre de lui en vue de l’éduquer ?

Les plantes qui poussent fabriquent le sol et le sol les fabrique. C’est un cycle continue et  si tout un tas de graines sont déjà dans le sol pour la plupart, elles lèvent leur dormance lorsque les conditions répondent à leur patrimoine génétique. Ainsi des plantes qui poussent ne sont pas là parce que le hasard y a mis des graines, mais parce que ces graines ont trouvé ici un endroit adéquat pour germer.

En inversant donc cette constatation et en l’affinant par la connaissance de leur biotope d’origine, il est possible de connaitre la qualité du sol de l’endroit où elle pousse, rapidement et avec efficacité.

Le dialogue avec le sol peut commencer…

Les plantes travaillent le sol aussi bien que nous … et même mieux !

 

Lorsqu’une plante adventice pousse, à terme, elle épuise les conditions qui l’ont fait pousser :

• Un Plantain major laisse la place à Platain lancéolé.

• Un Rumex crispus laisse la place à un Rumex pulcher.

• Un chardon décompacte le sol et digère les excés d’azote avec l’aide de chénopodes…

• Un blé fait lever la dormance de coquelicot qui digère ses exsudats racinaires…

On dit qu’un couvert végétal devient dynamique :

1. il digère les excès de la culture précedente et prépare la culture suivante.

2. Il freine les cycles naturels d’évolution des plantes vers la forêt pour dynamiser l’agriculture.

Vous l’avez compris, un adventice pousse souvent en raison d’un déséquilibre du sol en sa faveur. Ce déséquilibre peut être intéressant pour l’agriculture, mais pas nécessairement. S’il souhaite régler ce problème de sol, il peut choisir d’étudier ses adventices pour connaître son sol et ensuite l’amender en fonction des résultats. Il peut également laisser pousser ces adventices en hivers et permettre aux plantes de diminuer elle-même le déséquilibre par sa seule croissance.

Bien sûr, tous ces mécanismes sont d’une grande complexité. Une complexité que Mr Oxley, microbiologiste, vous permet d’appréhender dans cette vidéo passionnante.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s