Découvrez la biodiversité de votre verger

 

Qui vit dans vos arbres ? Des méthodes simples pour connaître la biodiversité de votre verger

 

La biodiversité au potager est très importante, notamment pour la lutte contre les ravageurs. Apprenez à connaître la vôtre dans votre verger pour diminuer vos traitements phytosanitaires.

Il existe des outils simples pour connaître la biodiversité de votre potager. Un livret réalisé par le GRAB détaille des méthodes simples que vous pouvez utiliser pour connaître les auxiliaires de culture qui sont déjà présents dans votre potager.

La technique du Battage

 

Au verger : Frappage par 3 fois d’une branche au-dessus d’un cadre blanc (45 x 45 cm), variez la face de l’arbre frappée (Nord/Sud). Veiller à battre des branches de taille similaire sur chaque arbre et à donner des coups de même force pour que les suivis soient comparables entre eux. Vous pourrez trouver rapidement les principaux auxiliaires présents sur vos arbres et les compter.

Cette méthode offre un aperçu des populations d’arthropodes dans la canopée avec un biais favorable aux gros arthropodes. La méthode cible surtout les coccinelles, chrysopes, araignées, punaises prédatrices et forficules. A vous de chercher ensuite quels sont les auxiliaires utiles ou nuisible à votre culture ! Mais ne vous inquiétez pas, miamedia  vous proposera bientôt des articles pour mieux les reconnaître.

 

La méthode des plaques de prédation

La méthode consiste à poser des plaques contenant soit des œufs de carpocapse, soit des pucerons englués qui peuvent être mangés ou parasités par d’autres arthropodes (les plaques sont agrafées sur la face inférieure d’une feuille, vers le bas, à n’importe quel endroit accessible de la plante (le mieux étant à hauteur d’oeil).

La méthode vous permettra de connaître les prédateurs présents sur vos arbres ou dans votre potager.

 

La pose de bandes-piège

 

Enroulez sur elle-même une bande de carton ondulé,  glissez-la dans une bouteille dont on a découpé le fond et scotchez la bouteille verticalement sur la partie haute du tronc. Cette méthode permet de comptabiliser un certain nombre d’auxiliaires présents qui viennent y chercher refuge. En place pendant 1 semaine, on les ouvre délicatement au-dessus d’un récipient et on secoue pour récupérer les insectes présents qui sont alors identifiés et comptés. C’est notamment très efficace pour recenser les forficules et araignées.

 

 

Pour plus d’info, télécharger le document du GRAB

http://www.grab.fr/wp-content/uploads/2017/09/Manuel-technique_methodes-de-suivi_2017.pdf

Ces informations de recherche sont gracieusement partagées par :

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s